Millepied / Robbins / Balanchine


Jeudi 01 octobre 2015

 

OperaBlancheline

 

EN DIRECT DU PALAIS GARNIER À 20H30

Avec George Balanchine et Jerome Robbins, ce sont ses maîtres que Benjamin Millepied, nouveau Directeur de la danse, a souhaité célébrer : hommage à deux très grands chorégraphes, tous deux d'origine russe, qui ont emmené l'école américaine et la danse en général vers des sommets rarement atteints.
Avec Opus 19 /The Dreamer, le répertoire du Ballet de l'Opéra s'enrichit d'une pièce d'une grande élégance sur le Concerto pour violon n°1 de Serguei Prokofiev. Le rêve éveillé d'un jeune homme et son contrepoint irréel imaginés par Jerome Robbins en 1979.
Comme en regard, la reprise de Thème et Variations de George Balanchine, sur la musique de Piotr Ilyitch Tchaikovski, montre une autre facette de la danse outre-Atlantique. Ce ballet de groupe classique et virtuose, l'un des plus difficiles du répertoire, se veut aussi un hommage au Ballet impérial de l'ancienne Russie et à son maître le plus célèbre : Marius Petipa.
Entre ces deux chefs-d’œuvre, Benjamin Millepied a conçu un ballet présentant à la fois la compagnie et son projet pour la danse à l'Opéra de Paris. Fruit d'une collaboration artistique avec le compositeur Nico Muhly, sa création souligne l’excellence de la technique classique et son importance pour la danse contemporaine.

Clear, loud, bright, forward
Musique : Nico Muhly

Chorégraphie : Benjamin Millepied
Scénographie : United Visual Artists
Lumières : Lucy Carter

Opus 19/The Dreamer
Musique : Serguei Prokofiev
(Concerto pour violon n°1 en ré majeur)
Chorégraphie : Jerome Robbins

Thème et Variations
Musique : Piotr Ilyitch Tchaikovski
Chorégraphie : George Balanchine

Les Étoiles, les Premiers Danseurs et le Corps de Ballet

Direction musicale : Maxime Pascal

Orchestre de l’Opéra national de Paris

Présenté par Benjamin Millepied,
Directeur de la danse de l’Opéra national de Paris
Réalisé par Vincent Bataillon
2h05 dont deux entractes de 25 mn et de 20 mn

 

 

 

 

Cliquez ICI pour visionner le programme 2016/2017.

 

 

Plus de renseignements sur le site de : FraProd.fr

 


LA CENERENTOLA

EN DIRECT DE L'OPÉRA BASTILLE MARDI 20 JUIN À 19H30

Gioacchino Rossini
Livret par Jacopo Ferretti
OPERA NATIONAL DE PARIS - PALAIS GARNIER
« Avant la fin du carnaval, tout Rome aimera ma Cendrillon… » Ainsi s’exprimait Rossini en 1817, après l’échec de la première, persuadé que la citrouille finirait par devenir un somptueux carrosse. L’avenir devait lui donner raison. Pourtant, en passant du conte de Perrault à l’opéra, l’humble servante qui rêve d’aller au bal a perdu tous ses atours magiques : ici point de fée qui, d’un coup de baguette, transforme les souris en chevaux, les rats en cochers et les lézards en laquais. Et ce n’est pas une pantoufle de vair mais un bracelet que la belle laisse, volontairement d’ailleurs, à son prince en le mettant au défi de la retrouver. Les Lumières ont allumé leurs feux à travers l’Europe et voici que La Cenerentola se concentre sur l’essentiel : se confronter à l’altérité sociale pour retrouver, sous les haillons, la crinoline. Guillaume Gallienne, sociétaire de la Comédie-Française, réalise sa première mise en scène d’opéra.

Musique Gioacchino Rossini

D'après Charles Perrault, Cendrillon

En langue italienne

Direction musicale Ottavio Dantone

Mise en scène Guillaume Gallienne

Collaboration artistique Marie Lambert

Don Ramiro : Juan José De León

Dandini : Alessio Arduini

Don Magnifico : Maurizio Muraro

Clorinda : Chiara Skerath

Tisbe : Isabelle Druet

Angelina : Teresa Iervolino

Alidoro : Roberto Tagliavini

Décors Éric Ruf

Costumes Olivier Bériot

Lumières Bertrand Couderc

Chorégraphie Glyslein Lefever

Chef des Choeurs José Luis Basso

Orchestre et Choeurs de l’Opéra national de Paris

 

 

EN DIRECT DE L'OPÉRA BASTILLE À 19H00

En des temps immémoriaux, dans le fabuleux royaume du tzar Berendei, naquit Snegourotchka, fruit des amours de la Fée Printemps et du vieil Hiver. Protégée par ses parents de la jalousie du dieu soleil Yarilo qui promit de réchauffer son coeur lorsque, devenue adulte, elle tomberait amoureuse, Snegourotchka l’enfant de neige est confiée à l’Esprit des bois… Particulièrement attaché à cet opéra, qu’il considérait lui-même être une œuvre de maturité, Rimski-Korsakov écrivait, plus de dix ans après sa création : « Quiconque n’aime pas Snegourotchka ne comprend rien à ma musique ni à ma personne ». Chef-d’œuvre de la littérature populaire slave, La Fille de neige porte sur le plateau un imaginaire féerique nourri des rigueurs du climat. C’est Aida Garifullina qui prête sa voix à Snegourotchka, la direction musicale et la mise en scène réunissant deux autres artistes russes : le jeune chef d’orchestre Mikhail Tatarnikov et le metteur en scène Dmitri Tcherniakov.

Opéra (conte de printemps) en un prologue et quatre actes (1882)
Musique de Nikolaï Rimski-Korsakov
Livret de Nikolai Rimski-Korsakov
D’après Alexandre Ostrovski

Direction musicale : Mikhail Tatarnikov
Mise en scène, décors, costumes : Dmitri Tcherniakov
Lumières : Gleb Filshtinsky
Chef des Chœurs : José Luis Basso

Orchestre et Chœurs de l’Opéra national de Paris

Snegourotchka, Aida Garifullina
Lel, Yuriy Mynenko
Kupava, Martina Serafin
La Fée Printemps, Elena Manistina
Bobylicka, Carole Wilson
L’Esprit des bois, Vasily Efimov
Un page, Olga Oussova
Le tzar Berendei, Maxim Paster
Mizguir, Thomas Johannes Mayer
Le bonhomme Hiver, Vladimir Ognovenko
Bobyl Bakula, Vasily Gorshkov
Bermiata, Franz Hawlata
Premier Héraut, Vincent Morell
Deuxième Héraut, Pierpaolo Palloni

Presenté par Alain Duault
Réalisé par Andy Sommer
3h35 dont 1 entracte (30’)
En langue russe sous-titré en français