seule la terre cinema metz

 

Date de sortie 6 décembre 2017 (1h 44min)

De Francis Lee

Avec Josh O'Connor, Alec Secareanu, Gemma Jones

Nationalité Britannique

 

 

Johnny travaille du matin au soir dans la ferme de ses parents, perdue dans le brouillard du Yorkshire. Il essaie d’oublier la frustration de son quotidien en se saoulant toutes les nuits au pub du village et en s’adonnant à des aventures sexuelles sans lendemain. Quand un saisonnier vient travailler pour quelques semaines dans la ferme familiale, Johnny est traversé par des émotions qu’il n’avait jamais ressenties. Une relation intense naît entre les deux hommes, qui pourrait changer la vie de Johnny à jamais.

 

 

Critiques
 
seule la terre
 
Télérama
 

Johnny, jeune homme qui n’a pas appris à sourire, travaille du matin au soir dans la ferme familiale, paumée dans le paysage aride et froid du fin fond du Yorkshire. Sa grand-mère et son père, malade et handicapé, comptent sur lui. Johnny n’a pas le choix : il doit prendre la relève, empêcher les murs de s’écrouler, les agneaux de mourir… Seules échappatoires quand il se rend au village : des bitures homériques au pub et des étreintes brutales et honteuses avec des garçons. Un jour, son père engage Gheorghe, un saisonnier roumain, pour l’aider. Le garçon sent poindre en lui une émotion nouvelle à laquelle il va, d’abord, résister…
Seule la terre est à la fois une rugueuse éducation sentimentale et une lumineuse chronique paysanne. Le décor y est pour beaucoup dans sa réussite : plans larges, magnifiques, dans des plaines caillouteuses et venteuses, où les corps des hommes, appelés à souffrir, n’ont pas le temps d’aimer. Le réalisateur porte aussi une attention particulière aux animaux, notamment lors d’une magnifique séquence : un geste de Gheorghe pour aider un agneau à survivre, qui commence dans le sang et finit dans la pure tendresse. Le réalisateur ose faire basculer la chronique sexuelle attendue en mélo romantique. Le visage de l’acteur principal, Josh O’Connor, s’illumine littéralement au fur et à mesure qu’il se rend à l’amour, qu’il chemine vers lui. Johnny se fait beau comme un avenir, enfin, redevenu possible.