a ghost story

 

Date de sortie 20 décembre 2017 (1h 32min)

De David Lowery

Avec Casey Affleck, Rooney Mara, McColm Cephas Jr.

Nationalité Américain

 

 

Apparaissant sous un drap blanc, le fantôme d'un homme rend visite à sa femme en deuil dans la maison de banlieue qu'ils partageaient encore récemment, pour y découvrir que dans ce nouvel état spectral, le temps n'a plus d'emprise sur lui. Condamné à ne plus être que simple spectateur de la vie qui fut la sienne, avec la femme qu'il aime, et qui toutes deux lui échappent inéluctablement, le fantôme se laisse entraîner dans un voyage à travers le temps et la mémoire, en proie aux ineffables questionnements de l'existence et à son incommensurabilité.

 

 

 

banniere a ghost story

 

Critiques
 
a ghost story
 
a ghost story 2
 
Télérama
 

Enlacés, l’homme et la femme se disputent à voix basse, sur l’oreiller. Elle voudrait quitter leur maison, lui ne s’imagine pas ailleurs. Le pressent-il ? Il va vivre là après sa mort. Devenu fantôme, invisible des vivants, il voit alors celle qui fut sa compagne, et qu’il aime toujours, partir seule. D’autres locataires viennent s’installer, s’en vont à leur tour. Lui, il reste. Et son histoire, bien improbable, devient envoûtante. On croyait avoir rendez-vous avec la peur, mais elle n’est que passagère. Le film qu’on découvre parle d’attachement, de mémoire, d’humanité.

Le réalisateur, David Lowery, est un drôle de zèbre : il travaille pour Disney (Peter et Elliott le dragon, 2016) tout en étant fêté au festival de cinéma indépendant de Sundance (Les Amants du Texas, 2013). Avec A ghost story, il mêle le merveilleux et la radicalité. Son fantôme est à la fois naïf et conceptuel. Recouvert d’un drap, avec deux grands trous pour y voir, il ressemble à un dessin d’enfant mais devient aussi le symbole poignant d’une solitude quasi philosophique. Difficile de dire ce qui séduit le plus, la simple beauté des plans ou l’ambitieux monde d’idées qui s’ouvre à nous.

Avec une audace tranquille, le scénario s’échappe hors de la fiction traditionnelle. A l’intense et si charnelle présence des deux comédiens, Rooney Mara et Casey Affleck (c’était déjà eux, Les Amants du Texas), s’opposent bientôt le vide, l’absence. Qui ouvrent sur un voyage dans le passé et l’avenir. La maison du couple est détruite, des tours immenses seront construites là, sur ce bout de terre où des pionniers s’installèrent. Les vies se succèdent et s’effacent, tombent dans l’oubli. La seule mémoire qui reste de cette histoire, ce sont les fantômes qui la gardent. Cette rêverie, David Lowery réussit à la rendre émouvante. Avec ce film ovni, il nous transporte loin et nous ramène au cœur de notre condition de mortels, fragile, vertigineuse.