Jeune Public

  • croc blanc cinema metz

     

    Date de sortie 28 mars 2018 (1h 25min)
    De Alexandre Espigares
    Avec Virginie Efira, Raphaël Personnaz, Dominique Pinon
    Animation
    Nationalités Français, Luxembourgeois

     

     

    Croc-Blanc est un fier et courageux chien-loup. Après avoir grandi dans les espaces enneigés et hostiles du Grand Nord, il est recueilli par Castor Gris et sa tribu indienne. Mais la méchanceté des hommes oblige Castor-Gris à céder l’animal à un homme cruel et malveillant. Sauvé par un couple juste et bon, Croc-Blanc apprendra à maîtriser son instinct sauvage et devenir leur ami.

     

     

     

     

    Critiques
     
     
  • la revolte des jouets cinema metz

     

    Date de sortie 18 avril 2018 (0h 33min)
    De Bretislav Pojar, Hermina Tyrlova
    Animation
    Nationalité Tchécoslovaque

     

     

    A partir de 3 ans

    Un programme d'animation autour du monde des jouets composé de 3 films et autant de chefs-d'œuvre (en versions restaurées), dont le mythique court anti-nazi du même nom.

     

     

     

     

     

    Critiques
     
    La croix
     

    Gardons le meilleur pour le début. Au sein de la caverne d’Ali Baba qu’est le cinéma d’animation tchèque, brillent d’un éclat particulier trois courts métrages réunis dans La Révolte des jouets (40 mn, à partir de 3 ans).

    Quelques décennies avant Toy Story, production Pixar pionnière de l’animation en images de synthèse, deux immenses cinéastes, Hermina ­Tyrlova et ­Bretislav Pojar, donnaient vie à de véritables joujoux avec une poésie renversante. Un train en bois qui cherche à regagner l’attention du chef de gare après avoir été remplacé par une locomotive électrique, des jouets qui se soulèvent et s’unissent contre un officier nazi bête et couard : charmants sans être lénifiants, ces films font, avec humour et sincérité, l’éloge de la loyauté et l’apologie de la résistance.

    Les enfants du même âge resteront avec plaisir du côté de ­Prague avec les cousins tchèques des ­Shadoks : Pat et Mat se demandent toujours « pourquoi faire simple quand ils peuvent faire compliqué ». Troisième salve d’épisodes mettant en scène les frasques de ces bricoleurs un peu « marteaux », Pat et Mat déménagent !ee (40 mn) présume un peu de son titre, tant il manque de sel pour « déménager » vraiment. Mais la satire du monde moderne, ses drones, accessoires de fitness et tondeuses autonomes, y est toujours savoureuse.

    Les plus petits pourront aussi s’amuser avec Professeur ­Balthazaree (40 mn), série croate des années 1970, poétique et loufoque, malgré son animation approximative. Cinq épisodes de ce dessin animé aux couleurs acidulées sont ici présentés pour le plus grand bonheur des amateurs de « l’innocente irrationalité », un monde créé par Balthazar pour que les gens sérieux puissent réaliser leurs rêves les plus fous.

    Un tour de magie que ne parvient pas à accomplir l’Américain Will Gluck avec son Pierre Lapine (1 h 30, à partir de 8 ans). Relecture survitaminée d’un classique de la littérature enfantine britannique écrit et dessiné en 1902 par Beatrix Potter, cette adaptation est bluffante de réalisme mais pourra effrayer les plus jeunes. Car la bataille est parfois cruelle entre les humains et les boules de poils… Les gags sont parfois savoureux mais il ne reste pas grand-chose des récits et des dessins d’origine. Le lapin jacasse plus qu’une pie, la musique est fracassante et le rythme celui d’un film d’action hollywoodien. Bref rien ne sert d’y courir…

    Il vaut mieux partir à point et prendre son temps, comme le fait Croc-Blanc (1 h 25, à partir de 8 ans).

    Dans la version animée qu’en donne le réalisateur luxembourgeois Alexandre Espigares, le célèbre chien-loup de Jack ­London ne parle pas. Et c’est heureux ! Malgré une esthétique déroutante et des humains caricaturaux, cette nouvelle adaptation animée du célèbre roman de Jack London raconte subtilement l’histoire du chien-loup selon son point de vue. Dans une ambiance de western épuré, l’adaptation n’escamote pas l’âpreté du récit original. Certaines scènes d’attaques de loups et de combats entre chiens pourront effrayer les plus sensibles des jeunes spectateurs.

    Enfin, les plus âgés se régaleront avec la dernière merveille de ­Steven Spielberg, Ready Player Oneeee (2 h 19, à partir de 10 ans). Une haletante chasse au trésor entre réel et virtuel dans laquelle le « roi du divertissement » célèbre la culture populaire qu’il a en grande partie façonnée.

     

    aVoir-aLire.com

    Trois superbes courts-métrages d’animation tout en douceur et en drôlerie. Trois chefs-d’œuvre de cinéma.

     

    Cahiers du Cinéma

    Trois chefs-d'oeuvre de l'animation tchèque en volume.

     

    La Croix

    Ces films font avec humour l'éloge de la loyauté et l'apologie de la résistance.

     

    Le Monde

    Ce programme très recommandable révèle donc quelques films oubliés ou méconnus d’un cinéma d’animation dont la riche histoire s’est souvent écrite avec des marionnettes et des poupées (Karel Dodal, Karel Zeman, Jiri Trnka, Jan Svankmajer, pour ne citer que quelques éminents représentants du genre).

     

    Positif

    (...) preuve qu’un spectacle qui précise « à partir de 3 ans » peut contenir des petits bijoux du patrimoine.

     
  • pierre lapin cinema metz

     

    Date de sortie 4 avril 2018 (1h 30min)
    De Will Gluck
    Avec Philippe Lacheau, Julien Arruti, Élodie Fontan
    Nationalités Américain, Britannique, Australien

     

     

    A partir de 6 ans

    Le petit lapin préféré des jeunes lecteurs depuis des générations est désormais le héros d’un film plein d’aventures et d’espièglerie ! L'éternelle lutte de Pierre Lapin avec M. McGregor pour les légumes du potager va atteindre des sommets. Sans parler de leur rivalité pour plaire à cette charmante voisine qui adore les animaux… Bien au-delà du jardin, de nombreuses péripéties les entraîneront de la magnifique région des lacs en Angleterre jusqu’à Londres !

     

     

     

    Critiques
     
    pierre lapin
     
    Télérama
     
    On n’espérait guère retrouver la finesse de Beatrix Potter dans cette adaptation mêlant images réelles et de synthèse. Mais on craque devant ces petites bêtes, avec leurs poils et leurs maladresses. Mise en scène bondissante pour un scénario qui, en gros, se demande si l’entente est possible entre humains et chapardeurs de potager… Clou du film : une rave party légumière réjouissante.
     

Magazine mars

Pour visionner ou télécharger le magazine, cliquez sur l'image.

Title Here