grand froid cinema metz

 

Date de sortie 28 juin 2017 (1h 26min)

De Gérard Pautonnier

Avec Jean-Pierre Bacri, Arthur Dupont, Olivier Gourmet

Nationalités Français, Belge, Polonais

 

 

Dans une petite ville perdue au milieu de nulle part, le commerce de pompes funèbres d’Edmond Zweck bat de l’aile. L’entreprise ne compte plus que deux employés : Georges, le bras droit de Zweck, et Eddy, un jeune homme encore novice dans le métier. Un beau matin, pourtant, un mort pointe son nez. L’espoir renaît. Georges et Eddy sont chargés de mener le défunt jusqu’à sa dernière demeure. Mais, à la recherche du cimetière qui s’avère introuvable, le convoi funéraire s’égare et le voyage tourne au fiasco.

 

 
 
banniere grand froid
 
Critiques 
 

Quelle bonne nouvelle d'apprendre, un bon matin, qu'un homme est mort, enfin, pour de bon. Il était temps. L'histoire se déroule dans une petite ville perdue au milieu de nulle part, en plein cœur de l'hiver. Edmond Zweck (Olivier Gourmet), propriétaire résigné d'un commerce de pompes funèbres qui agonise lentement apprend la nouvelle avec le peu de personnel qu'il lui reste : Georges (Jean-Pierre Bacri), le bras droit de Zweck, et Eddy (Arthur Dupont), le bras droit de Georges. L'espoir renaît. Eddy et Georges sont chargés de mener ce défunt jusqu'à sa dernière demeure. Le voyage tourne alors au désastre.

Titre, décors, propos et thèmes abordés peuvent sembler rédhibitoires. La mort, ce sujet qui révulse et inquiète tant. Dans quel état allons-nous ressortir de ce film ? Encore un film qui va ruiner mon humeur de la journée ? La véritable question que pose ce film est la suivante : peut-on rigoler de tout, et notamment de la mort ? Gérard Pautonnier nous prouve que oui… Il va faire le choix d’une mise en scène remarquable avec une touche artistique personnelle : une intemporalité, des décors lumineux et des situations plus cocasses les unes que les autres. De nombreuses scènes sont tournées, en duo ou en trio, créant ainsi des interactions entre les acteurs qui se retrouvent dans de nombreux cas en huis clos. C’est ainsi que vont pouvoir se déchaîner les émotions, les frustrations et les situations incongrues entre ces personnages. Cette histoire surréaliste, afin d’être partagée pour un plus grand nombre, se devait d’être jouée de la manière la plus réaliste qui soit. Les personnages sont hauts en couleurs et deviennent attachants pour certains : Madame Cisca (Françoise Oriane) est à mourir de rire, le prêtre (Sam Karmann) est imparfait à l’inverse de Pierre et Paul exemplaires, Philippe Vieux qui joue le rôle d’un fossoyeur est également bon. Mais que dire de ce trio magique : Geroges (Jean-Pierre Bacri), Edmont (Olivier Gourmet) et Eddy (Arthur Dupont) ? Les personnages et leurs actions sont vus à l’avance gros comme une maison. Tout est prévisible. Tout est joué d’avance, tant attendu, et pourtant, plus d’une fois le spectateur est pris à revers… Attention à votre cœur, mesdames et Messieurs le défibrillateur n’est pas loin !

  

Magazine juin

Pour visionner ou télécharger le magazine, cliquez sur l'image.

Title Here